• Farah Chami

L’hypnose pour accompagner le deuil

Mis à jour : 11 déc. 2018


Aujourd’hui, dans une société qui se veut en permanence joyeuse et positive, il y a peu de place pour l’expression de nos sentiments douloureux, nos souffrances et nos blessures. Le deuil fait partie de ces souffrances là, qui deviennent tabou, qu’on aimerait voir passer, défiler puis disparaître. Ne dit-on pas d’ailleurs “faire son deuil”, comme si c’était une action à accomplir, une tâche à effectuer, avant de passer à autre chose. Ne serait-il pas plus juste de dire “vivre son deuil”, comme une étape de notre vie qui nous marque et nous transforme ?


Le deuil c’est quoi ? C’est une réaction physique et émotionnelle tout à fait naturelle à la suite de la perte d’un proche. Souvent associé à de la tristesse, de la souffrance, et parfois même du désespoir, le deuil est pourtant un processus de libération et de résilience nécessaire pour réapprendre à vivre, pour continuer son chemin et s’investir dans de nouveaux projets.


Le deuil est un cheminement qui prend du temps. Chaque personne le vit à son rythme, à sa façon. C’est très difficile de lui donner une durée de vie. Il sera d’autant plus long que le lien d’attachement avec la personne disparue était important. On évoque souvent les étapes du deuil, comme une tentative de comprendre le processus, de le rendre intelligible et de ce fait rassurant : choc, colère, état dépressif, acceptation. Ces étapes sont des repères pour comprendre le flux émotionnel traversé par la personne. Elles ne sont ni communes, ni continues. Quelquefois la personne se croit tirée d’affaire, puis elle replonge dans un chagrin intense. C’est normal, le cheminement n’est pas linéaire. Mais au bout du tunnel se trouve l’acceptation, la voie vers la reconstruction. La blessure devient cicatrice. Elle peut être vive certains jours, même des années plus tard, mais l’équilibre intérieur est rétabli et à la souffrance succède une douce peine au souvenir de la personne aimée.


Quand intervient l’hypnose ?


Interférer avec le processus de deuil avorte le mécanisme de résilience nécessaire à la reconstruction de la personne endeuillée. Sans chercher à l’affaiblir, l’hypnose peut être d’un grand secours pour accompagner le deuil, parfois même le relancer.


Accompagnement thérapeutique pendant la période de deuil


Auparavant, et encore aujourd’hui dans d’autres cultures, la mort et le deuil s’accompagnaient de rites qui aidaient à vivre l’absence, à traverser la crise. Mais dans nos sociétés occidentales, la mort est occultée, le deuil est solitaire. Un deuil demande du temps, et notre société en a rarement. L’entourage ne comprend pas le chagrin prolongé, les rechutes fréquentes, la douleur qui persiste. Dans ces moments là, l’hypnose apporte un temps d’écoute, de calme et d’apaisement, un début de réconfort. Une possibilité de recueillement dans un cadre sûr et sécurisant. Le conscient s’exprime, mais l’inconscient aussi, le somatisé, le refoulé, trouvent une issue pour se révéler. L’hypnose agit comme une aide, un allié pour vivre la situation à la manière de la personne, à son rythme.


Relancer le deuil en cas de blocage


Il arrive des fois que le processus de deuil soit bloqué. Qu’il s’agisse de culpabilité, de regrets, de non-dits ou de conflits, divers facteurs psychologiques peuvent interrompre ce processus. La personne s’immobilise dans la colère, ou plonge dans un état dépressif continu. Le processus de deuil est interrompu, il devient pathologique et ne suit plus son cours naturel. Il arrive que la souffrance reste dévastatrice des années après le décès. L’hypnose ouvre un espace thérapeutique dans lequel le deuil est relancé. Le travail fait tomber les barrières psychologiques qui empêchaient de dépasser la douleur et d'être en paix avec soi-même. Il porte sur le pardon, l’acceptation de la perte, et prépare à gérer l’avenir autrement. Le cheminement s’effectue à des niveaux bien plus profonds qu’en thérapie verbale pour ouvrir la voie au processus de guérison.


Faciliter le chemin de l’acceptation


L’acceptation est un premier pas vers la sérénité, vers la reconstruction de la personne endeuillée. L’acceptation n’est pas un abandon, ce n’est pas un oubli. L’acceptation c’est créer un nouveau lien avec la personne disparue, c’est séparer son destin du nôtre, c’est lui accorder une nouvelle place en nous qui ne nous empêche plus de vivre. L’acceptation c’est sortir du vide. C’est intégrer la personne dans notre for intérieur de façon paisible et sereine. L’hypnose peut nous aider dans ce processus. Elle le relance lorsqu’il est figé, l’apaise lorsqu’il est perturbé. L’hypnose permet à notre inconscient de comprendre ce qui s’est passé et lui offre la possibilité d’accepter et d’intégrer ce changement. L’acceptation c’est sortir de la souffrance tout en gardant un lien avec la personne disparue, un lien de douceur et d’amour, parfois de nostalgie, des fois de pardon.



Pour plus d’informations sur le processus de deuil en hypnose, vous pouvez me contacter. Je vous répondrai au mieux pour vous guider dans votre démarche.




Ci-dessous quelques liens utiles vers des associations ou sites qui proposent de l’aide pendant la période de deuil


Vivre Son Deuil

Aide et soutien (écoute téléphonique, entretiens individuels, groupes de parole)

http://www.vivresondeuil.asso.fr/


Elisabeth Kübler Ross France

Aide et soutien

http://ekr.france.free.fr/


FAVEC: Fédération des Associations de Conjoints Survivants

http://www.favec.asso.fr


Association Nationale Jonathan Pierres Vivantes

Soutien moral aux familles en deuil d'un enfant, notamment décédé par suicide

http://www.anjpv.asso.fr


Apprivoiser l'Absence

S'adresse aux familles qui ont perdu un enfant

http://www.apprivoiserlabsence.com/


APEV: Aide aux parents d’enfants victimes (APEV)

Association qui regroupe des familles dont un enfant a été assassiné ou a disparu

http://www.apev.org


Association Nationale Jonathan Pierres Vivantes, familles endeuillées par le décès d’un enfant

Rencontre de familles endeuillées, y compris les fratries autour de partages, rencontres de groupes, sessions à thèmes.

http://www.anjpv.org/


Fédération « Naître et Vivre »

Pour accompagner le deuil périnatal

http://www.naitre-et-vivre.org


L’Enfant Sans Nom – Parents endeuillés

Soutenir les parents dont le bébé est mort pendant la grossesse ou autour de l’accouchement http://lenfantsansnom.com

Traverser le deuil

Site internet mis en place par Christophe Fauré auteur de Vivre le deuil au jour le jour (Albin Michel, 2004). Regroupe des informations, articles sur le deuil.

www.traverserledeuil.com