• Farah Chami

Exercices de relaxation pour les enfants



La sophrologie apporte aux enfants un mieux être dans leur corps et dans leur esprit. Que ce soit en individuel (pour des problématiques précises) ou en groupe, les effets sont notoires au bout de quelques séances. Les tensions se relâchent, l’anxiété diminue, les maux de ventre (émotionnels) disparaissent, la confiance augmente. L’enfant est plus relié à ses émotions intérieures, il peut les identifier et apprend à les exprimer. Ses capacités sont renforcées et il ressent un mieux être global constant.


Les protocoles établis pour les enfants s’inspirent des protocoles “classiques” (respiration, ancrage, travail sur le corps, visualisations), mais ils sont plus simples et ludiques. Ils s’appuient sur le jeu et l’imaginaire de l’enfant (langage par excellence de l’inconscient) pour générer un changement profond et pérenne.


Voici trois exemples d’exercices (parmi tant d’autres) qui, à force de répétition et de pratique, procurent des bienfaits manifestes aux enfants mais aussi aux parents !


1- Respirer pour s’apaiser


La respiration est la base de la sophrologie. Appendre à maîtriser sa respiration apaise le corps, détend l’esprit et soulage les émotions difficiles. En prenant conscience de sa respiration, l’enfant accède à son moi intérieur et comprend davantage ce qui se passe en lui. En contrôlant sa respiration, l’enfant agit sur ce qu’il ressent et peut en toute autonomie prévenir, apaiser ou calmer ses états émotionnels.


Apprendre à maîtriser sa respiration est un moyen d’autorégulation que les enfants peuvent pratiquer facilement et en toute autonomie.

Pour apprendre à maîtriser le souffle, on peut proposer deux exercices ludiques à l’enfant:


  • Pour les plus petits, l’exercice du serpent.

Je vous encourage à pratiquer cet exercice avec votre enfant. C’est plus agréable pour lui et plus ludique.

- Asseyez vous chacun sur une chaise, ou en tailleur par terre, les mains posées sur l’abdomen et le dos bien droit.

- Inspirez profondément par le nez pendant 3 secondes

- Expirez l’air par la bouche en faisant le bruit du serpent, et en comptant jusqu’à 3 puis 5, puis le plus longtemps possible.

- Faites le plusieurs fois et invitez l’enfant à vous dire ce qu’il ressent.


  • Pour les plus grands, l’exercice de la flamme qui danse.

Présentez à l’enfant une flamme de bougie que vous allumerez ensemble.


Le but du jeu est de souffler sur la flamme, lentement, tranquillement, comme si on soufflait sur une paille, en faisant danser la flamme aussi longtemps que possible sans jamais l’éteindre. L’enfant refait le même exercice les yeux clos. Il prend conscience qu’il peut canaliser sa respiration, et intègre qu’il est capable de diriger son souffle même les yeux fermés.



Dans les deux exercices, introduisez petit à petit le mouvement du ventre qui se gonfle à l’inspiration et se creuse à l’expiration. La respiration abdominale est notre respiration naturelle que nous avons à la naissance et que nous retrouvons la nuit lorsque notre corps et notre esprit sont relâchés et détendus. Elle mobilise pleinement le diaphragme et active notre système nerveux parasympathique qui déclenche la sécrétion d’hormones apaisantes.


Par des respirations lentes et profondes, notre cerveau reçoit un message que tout va bien et le communique à notre corps et à notre esprit.

2- Utiliser les sens pour renforcer la concentration


Plusieurs jeux peuvent être présentés à l’enfant pour l’aider à se focaliser, à améliorer son attention, et l’inviter à se recentrer.

Parmi les jeux qui ont le plus de succès dans ma pratique est le jeu de l’objet mystère.


- Invitez votre enfant à s’asseoir sur une chaise ou en tailleur par terre.

- Les yeux fermés, il dirige son attention sur sa respiration pour accéder à un état de calme et de concentration.

- Placez ensuite dans sa main un objet quelconque (de préférence un objet issu de la nature: pierre, pomme de pin, coquillage, etc.). Le but n’est pas de deviner ce qu’est l’objet, mais plutôt d’aller à la rencontre de cet objet.

- L’enfant touche l’objet, ressent son poids, sa température, sa forme, ses détails, sa matière, sa texture. Il fait l’expérience d’une main, puis d’une autre main, puis avec les deux mains en même temps.

- Il peut amener l’objet à son nez, sentir son odeur. L’amener à son oreille, percevoir les sons, les bruits.

- Il peut imaginer la couleur de cet objet, et même le visualiser dans son environnement naturel.

- Puis l’enfant peut ouvrir les yeux.


Ce jeu capte entièrement l’attention des enfants. Ils sont très concentrés et font souvent des commentaires très surprenants pendant qu’ils rencontrent l’objet avec leurs sens. Ce jeu renforce également le non jugement chez l’enfant, le sans à priori. On va vers l’objet tel qu’il est, et non pas en fonctions des représentations que l’on s’en fait.


Jouer avec les sens améliore l’attention de l’enfant et lui permet d’aller à la rencontre des autres sans jugement et sans à priori.

3- Visualiser pour renforcer ses capacités


La visualisation consiste à proposer à l’enfant une image mentale qui parle à son inconscient. Après un exercice de respiration pour se poser dans le calme, inventez une histoire ou un conte dans lequel votre enfant possède les capacités dont il a besoin. Racontez à votre enfant cette histoire, et suggérez lui de la visualiser ou de la transformer de façon positive. Il peut se transformer en super héros, nager avec les dauphins, voyager dans l'espace, laissez vous aller à son imagination. Par la force de son imagination, l'enfant retrouve, conscientise et intègre les capacités qu’il a en lui, ce qui fait grandir sa confiance et son estime de soi.




L’imaginaire apporte une ouverture de conscience à l’enfant et le porte vers la voie de la transformation.

Pratiquez ces exercices autant que vous le pouvez, et variez les à votre souhait !